Actualité en France Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





Le jeune Andy, qui avait tué en 2009, à l'âge de 16 ans, toute sa famille en Corse, a été jugé vendredi irresponsable, en appel, par la cour d'assises des mineurs des Bouches-du-Rhône, comme en première instance. A l'énoncé du verdict, l'accusé est resté impassible avant de sangloter, prostré, quelques minutes plus tard.


Les parties civiles ont fait part de leur déception. «La famille est frustrée une fois de plus de la vérité, elle n'a toujours pas eu d'explications», a réagi Me Jean-Michel Mariaggi, pour la famille de la mère. «Il n'y a pas eu un mot d'Andy. Ce ne sont pas des condoléances de circonstances pré-fabriquées pour les besoins de l'audience et manquant totalement de sincérité, qui convaincront sa famille. Il n'y a rien qui laisse entendre qu'il veuille retourner en son sein», a-t-il ajouté.

L'avocat général Gilles Rognoni avait requis jeudi de 12 à 15 ans de réclusion, estimant cependant que, si le jeune Andy est accessible à une sanction pénale, son discernement était altéré au moment des faits. L'audience a vu défiler de nombreux experts psychiatres à la barre, dont les avis ont, comme lors du premier procès, divergé sur la responsabilité du jeune homme, mais ont majoritairement pointé ses «troubles de la personnalité».

En novembre 2012, la cour d'assises des mineurs de Corse-du-Sud avait également considéré le jeune homme «irresponsable pour un trouble mental ayant aboli le discernement au moment des actes», malgré les 18 ans de prison réclamés par l'avocat général.

Il avait tué ses parents et ses deux frères de 10 ans

A Albitreccia, près d'Ajaccio, au milieu de la nuit du 11 au 12 août 2009, Andy, un jeune homme sans problème apparent, après s'être réveillé subitement, s'était emparé d'un fusil à pompe appartenant à son père et avait abattu dans leur chambre son père et sa mère. Puis il avait tué ses deux frères, des jumeaux âgés de 10 ans, qu'il avait gardés la veille, alors que ses parents dînaient chez des voisins.

Il avait vidé le coffre-fort de la chambre des parents, contenant 2.500 euros et une montre de valeur, avant de quitter la maison. Il s'était ensuite taillé les veines avant d'adresser en pleine nuit des appels à l'aide à des amis, avec son téléphone, d'appeler le 17 et d'évoquer des coups de feu et une agression.

L'un de ses oncles le retrouvera la nuit suivante sur une plage des environs après une journée d'errance. Il conduira l'adolescent à la mairie où ce dernier racontera aux gendarmes avoir tué sa famille, évoquant une «irrésistible pulsion».





Enregistrer un commentaire

Réagissez vite