Actualité en France Ads (728x90)

Info et actualité en direct - Toutes les actualités et infos !!!





La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, a écarté vendredi un souci d'encadrement au sein de la maison de retraite près de Chambéry (Savoie) où une aide-soignante aurait empoisonné neuf pensionnaires dont six mortellement.

Elle a évoqué sa «fragilité» après la mort de sa mère et soutenu l'encadrement de l'Etablissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Le Césalet de Jacob-Bellecombette, qui dépend du centre hospitalier de Chambéry.

L'aide-soignante âgée de trente ans, placée en garde à vue, mardi, après le décès douteux d'une pensionnaire de 84 ans dans une maison de retraite de Chambéry (Savoie), s'est confiée aux enquêteurs.
Elle aurait avoué avoir administré un cocktail médicamenteux de psychotropes à neuf pensionnaires très âgés et en mauvaise santé, «pour mettre fin à leurs souffrances» selon elle. Six pensionnaires auraient ainsi trouvé la mort au cours des deux derniers mois à la suite de ses agissements.

Revenant sur les circonstances de ce drame, la ministre a insisté sur la gravité des faits. «Des personnes âgées relativement jeunes qui ne demandaient absolument pas à mourir sont aujourd'hui décédées. On doit considérer ces faits comme très graves» a déclaré la ministre au micro de France Bleu Gironde.

La ministre défend l'encadrement
Mais «je ne crois pas, qu'il y ait eu un manque d'encadrement», explique la ministre en réponse à une question sur ce point. «Il s'agit d'un cas dont l'état psychologique devra être analysé», a-t-elle ajouté: «Nous savons que c'est une jeune fille fragilisée par le décès de sa mère». Michèle Delaunay a aussi souligné que cette affaire permettait aussi de rappeler qu'en règle générale, «les personnes âgées n'éliminent pas et n'assimilent pas les médicaments comme les (autres) adultes». «Au-delà de quatre ou cinq médicaments, il faut interroger le médecin traitant pour savoir si tout ça est utile», a-t-elle souligné.

Pour sa défense, l'aide-soignante, mise en examen jeudi, a expliqué avoir voulu «soulager leurs souffrances» sans parler d'euthanasie.






Enregistrer un commentaire

Réagissez vite